Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Serge ODEYE

Le nouvel Elan de Saint Renan a organisé une déambulation citoyenne le mercredi 24 octobre à 17h30 au lotissement de Trévisquin.

Le principe de ces déambulations est d'aller au contact des habitants d'un quartier ou d'une zone pour questionner leur lieu d'habitation. Cela nous permet de constater, sur place, les difficultés qu'ils rencontrent et d'écouter les propositions d'améliorations.

 

Il nous paraissait intéressant de nous rendre au quartier de Trévisquin car les habitants y vivent depuis un moment maintenant et ont disposé d'un temps nécessaire leur permettant une analyse de leur environnement.

 

Plusieurs familles ont répondu présentes à notre invitation. Elles ont tenu à nous dire, dès le début de la déambulation, qu'elles venaient pour témoigner du fait qu'elles ne sentent pas leurs enfants en sécurité dans le quartier. Ces habitants ont aussi ajouté qu'ils étaient contents d'avoir obtenu un lot dans ce quartier et qu'ils s'y plaisent.

 

1- La sécurité des enfants du quartier n'est pas garantie

Il y a de nombreux enfants dans le quartier qui investissent les rues. Les habitants présents souhaitent que les enfants puissent se retrouver, jouer dans les jardins et rues sans que cela ne présente un danger pour leur sécurité.

 

A- Le côté rectiligne de la rue des monts d’Arrée

La vitesse de circulation des voitures dans le quartier est le premier élément qui a été mentionné. Les habitants ont identifié la forme rectiligne de la rue principale, la rue des monts d’Arrée, comme étant le principal facteur de la vitesse des véhicules. En effet, les conducteurs disposent de visibilité, sur une longue distance et ils accélèrent.

Les habitants présents ont proposé plusieurs aménagements possibles pour « casser » la vitesse : mise en place de ralentisseurs (mais cela rend l'accès des secours plus complexe) ; de chicanes pour que les voitures ne puissent pas se croiser mais doivent laisser la priorité tantôt d'un côté tantôt de l'autre ; d'un radar dit « pédagogique » où une image d'enfant s'affiche en rouge quand une certaine vitesse est dépassée.

 

B- La forte pente de la rue des Alpes

Plusieurs familles de la rue des Alpes étaient représentées. Elles sont vraiment très inquiètes pour la sécurité des leurs enfants. La rue des Alpes est très pentue et débouche sur la rue des Monts d'Arrée, à un endroit où la vitesse des voitures est maximale. Les enfants qui descendent à vélo ou en roller ne contrôlent pas toujours bien leur vitesse. Ils ne s'arrêtent pas assez tôt. Les conducteurs des voitures ne prêtent pas attention aux enfants qui débouchent de cette rue.

Les habitants proposent de mettre des stops dans les deux sens de la rue des Monts d'Arrée, au croisement avec la rue des Alpes.

 

C- Le changement de côté du trottoir dans le virage de la rue des Monts d'Arrée, à la fin de la ligne droite, juste avant la montée

Quand nous étions à cet endroit, deux enfants circulaient doucement à vélo en prêtant attention à bien rester sur le trottoir. Des enfants qui descendaient la rue des Monts d'Arrée ont manqué d'être percutés par un véhicule qui venait en sens inverse. En effet, si on prend la rue des Monts d'Arrée du haut (bout du lotissement) vers le bas,  le trottoir qui est à droite dans la pente descendante passe à gauche dans la ligne droite, juste dans le virage. Les enfants sont occupés à « viser » le trottoir d'en face et ne regardent pas la route. Les voitures ne peuvent pas les voir arriver.

Les habitants se sont interrogés sur l'absence d'une voie pour les vélos dans un nouveau quartier. En effet, ils voient que les anciens quartiers font l'objet de réhabilitations pour les déplacements doux et regrettent que le lotissement n'ait pas été conçu en prenant en compte une circulation sécure des piétons et cyclistes.

Ils proposent donc qu'une chicane soit mise en place à cet endroit (fin de la ligne droite pour les voitures entrant dans le lotissement) ou qu'une voie vélo soit tracée en couleur.

 

D- La hauteur des murs ou grillage limités par le règlement

De nombreux enfants jouent au ballon dans les jardins. Les ballons se retrouvent très souvent sur la route. Ceci représente un danger pour les véhicules et pour les enfants qui courent après leur ballon sans faire attention aux voitures. Les parents des enfants souhaiteraient mettre un grillage suffisamment haut pour empêcher les ballons d'aller sur la route. Mais le règlement actuel du lotissement les en empêche.

 

E- Le petit chemin qui va de la rue des Monts d'Arrée au rond-point qui conduit à la voie romaine

Le petit chemin va être essentiellement emprunté par les enfants ou jeunes pour se rendre à l'école. Or, ce chemin débouche sur la route, sur laquelle les voitures ont l'habitude d'aller très vite. Il n'est pas signalé de la route, ni sécurisé. Les habitants proposent que des barrières signalant la fin du chemin soient installées, qu'un passage piéton soit dessiné et que la présence des jeunes piétons soit indiquée aux conducteurs.

 

2- Autres problèmes de sécurité

 

A- L'entrée dans le lotissement

L'entrée dans le lotissement est actuellement en cours d'aménagement. Les habitants ne comprennent pas bien cet aménagement. Ils trouvent  la voie étroite, ne permettant pas un croisement de front, de deux véhicules. Or, la visibilité dans le premier virage ne permet pas de savoir si un autre véhicule est engagé.

Ils proposent plusieurs aménagements : la mise en place d'un miroir, laisser de la place pour l'arrêt d'un véhicule et installer une priorité de circulation dans ce premier virage. Dans la courte ligne droite qui suit, comme il ne sera pas possible de se croiser, ils suggèrent de ne pas tout transformer en places de parking afin qu'un véhicule puisse s'arrêter pour laisser la priorité à celui d'en face.

 

B- Circulation dans le lotissement

Actuellement, la rue des Monts d'Arrée est ouverte des deux côtés, du fait des travaux. Il a été question, à un moment de fermer la sortie sur Quillimérrien. Les habitants sont unanimes : l'ouverture de cette sortie permet une fluidité de circulation dans le lotissement et de nombreux dangers sont ainsi évités. Ils souhaitent donc tous que cette sortie vers Quillimérrien soient maintenue car un sens « naturel » de circulation se met en place : entrée vers la route de Trévisquin, sortie vers le lotissement de Quillimérrien.

 

3- Des problèmes d'aménagement

 

A- La rue des Alpes

Plusieurs familles de la rue des Alpes étaient présentes car elles rencontrent un problème important. La rue des Alpes a été surélevée, largement plus que ce qui était prévu initialement. Cette surélévation s'est faite alors qu'ils avaient déjà construit. Quand il pleut, l'eau de la rue ruisselle dans leurs terrains et inondent leurs terre-pleins et allées. Ils ont donc forcément les pieds mouillés en sortant de chez eux. Ils sont contraints de porter leurs enfants afin de leur permettre de garder les pieds au sec.

Ils demandent à ce que le lotisseur résolve ce problème et prévoie des grillages pour évacuer les eaux de ruissellement.

 

B- Les plantations sur les talus

Les habitants présents ont bien compris que le lotisseur avait en charge les plantations des arbres et arbustes des talus et que, eux, en avaient l'entretien. Cependant, les plantations  ont été effectuées  beaucoup trop tôt. Quand les habitants sont arrivés sur leur terrain, les plants (faibles et jeunes) étaient déjà morts. Les bâches de protection étaient déchirées. Il n'y a donc pas de plantations sur les talus, certains talus s'affaissent (N°9 rue des Alpes). Les arbres en bord de la voie romaine sont morts eux aussi.  Les habitants ont rappelé la nécessité de ces arbres pour couper le vent, le bruit des voitures et faire une séparation visuelle qui n'inciterait pas les enfants à aller sur la route, sachant que la vitesse sur cette partie de la voie est à 80 km/h.

Se pose donc également la question d'avancer le panneau d'entrée dans l'agglomération.

 

C- L'aire de jeux

Les habitants sont satisfaits qu'une aire de jeux soit prévue d'autant qu'il y a beaucoup de familles et d'assistantes maternelles dans le quartier. Ils demandent  d'être associés au choix des jeux afin que ceux-ci correspondent aux besoins et à la sécurité des enfants du quartier.

 

D- Les plates-bandes et espaces verts

Les habitants du quartier trouveraient intéressant que les plates-bandes et une partie des espaces verts soient des espaces de jardins collectifs avec par exemples des framboisiers, des pommiers, pourquoi pas un espace de potager collectif. Ils sont volontaires et motivés pour en assurer l'entretien. Ainsi, la commune n'aurait pas à assurer la tonte de ces espaces.

 

E- Le transformateur rue des Pyrénées

Le transformateur rue des Pyrénées se situe au cœur du lotissement, devant un lot. Il est actuellement peint en kaki. Les habitants trouvent que c'est une « verrue » au cœur du lotissement. Ils proposent que soit organisé un concours de tags ou peinture urbaine pour en améliorer l'esthétique en ajoutant de la couleur. Il était prévu un arbre pour cacher ce transformateur. Il n'y en a pas.

  

Questions diverses :

 

  • Que va devenir le monticule de terre à la fin de la rue des Monts d'Arrée, qu'y aura-t-il à la place ?
  • Il était prévu que les trottoirs soient colorés, le seront-ils vraiment ?

 Conclusion :

 

Ce qui ressort essentiellement de cette déambulation c'est une forte inquiétude des parents quant à la sécurité de leurs enfants. Ils demandent donc à être contactés pour obtenir une réponse à leurs questions ou, à ce qu'une rencontre soit organisée entre les habitants, la municipalité et le lotisseur. Les habitants rappellent qu'ils sont contents d'être renanais. Ils aspirent simplement à plus de sérénité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article